Hier soir, l’association s’est lancé dans des jeux sur le thème de l’Egypte… Petit focus sur 2 titres qui n’ont pas grand chose à voir, à part un plateau traversé par le Nil…

Commençons par Egizia, un jeu de pose d’ouvriers comme sait si bien le faire l’école italienne. Chacun, à son tour, place un de ses pions sur une case le long du Nil lui permettant de réaliser une action spécifique ou d’obtenir un bonus. La plupart des cases ne permet la pose que d’un seul pion. L’originalité du titre est liée à une contrainte : il faut suivre le cours de l’eau du Nil, limitant la pose de bateau en amont. À l’issue des 5 manches, les joueurs qui ont marqué le plus de points pendant la partie en construisant des monuments et à la fin du jeu grâce à leurs cartes Sphinx et aux bonus de leurs statues gagnent. Notre boite était édité par iello. Matagot a récemment ressorti ce jeu avec une colorimétrie plus adaptée.

Le 2ème titre est Kemet Blood and Sand, propose un jeu d’affrontement dans l’Egypte antique.Ces batailles n’ont qu’un seul but : devenir le plus puissant des dieux, afin d’acquérir la renommée la plus grande et de s’assurer la dévotion de tous les peuples

Chaque joueur dispose de 5 jetons actions qu’il va jouer sur son plateau personnel pour effectuer 5 actions par tour : attaquer, engager des unités, récolter de l’argent, augmenter le niveau d’une de vos 3 pyramides en payant le prix ou acheter un pouvoir. Les combats se font par un système de cartes + nombre d’unités impliquées. Plus un joueur contrôle une région et plus il marque de points. La version sortie est celle de la réédition, le matériel est de qualité mais le livret de règle manque quelque peu de clarté.

Beaucoup d’animation et de jeux différents, ce soir…

Un groupe a peaufiné « la taille de barbe » avec 2 jeux de barbus :

Dans un premier temps, nous nous sommes plongé dans une multitude de coups fourrés à l’époque des pirates avec Libertalia. Et c’est filament Kevin, le plus imberbe de nous 5, qui a réussi à tirer son épingle du jeu. Sur le principe, Libertalia repose sur le choix de carte pirates avec effets en « sentant » le meilleur timing pour pouvoir éliminer ses adversaires et récupérer un maximum de trésors. L’intérêt est d’enchainer plusieurs journées avec un nombre limité de cartes (6) sélectionnées, en début de manche parmi 40. La re jouabilité de ce titre de Paolo Mori est énorme et le jeu est rapide malgré le fait de jouer à 6.

Ensuite, c’est Nidavellir qui est sorti. Chaque joueur nain doit recruter des collections de personnages à partir d’une enchère assez originale. En perdant volontairement une enchère un joueur peut ainsi améliorer ses pièces qui lui permettront de miser plus fort à la manche suivante. Ce jeu de Serge Laget et édité par Grrre Games est une grande réussite éditoriale.

Un autre groupe (dont Jean-Jacques qui nous avait manqué) a décidé de se plonger au cœur du quartier de Nihonbashi au Japon, durant l’ère edo avec Iki .Chaque joueur doit veiller au bien-être et à la prospérité de la ville et de ses habitants. Il faut recruter les bons artisans et les placer correctement pour optimiser ses points. Comme toujours dans ce type de jeu, les contraintes sont fortes et on ne peut pas tout faire, d’autant plus, qu’il faut nourrir ses habitants.

Ce jeu de Koota Yamada a été réédité par Sorry We Are French et a été sélectionné pour l’as d’or Expert 2022. Il colle, notamment, extrêmement bien à la réalité historique car les joueurs, en plus de tirer leurs épingles du jeu, doivent lutter contre des incendies dévastateurs.

Pour finir, un dernier groupe a bravé l’horreur, l’indicible et a cherché à conserver leurs santés mentales en se frottant aux demeures de l’épouvantes de Corey Konieczka. C’est un jeu, narratif, d’exploration hybride. Jusqu’aux confins de la nuit, les corps ont été mis à rude épreuve. Jordan (nouveau membre émérite de l’asso) a joué un stéréotype de film d’horreur : celui qui va voir tout seul dans son coin l’endroit d’où proviennent des bruits étranges. Arnaud mérite un haut-fait pour avoir tanké la maigre bête de la nuit avec Wendy Adams pendant près de 7 rounds. Quant à Romain, cette partie lui a donné des sueurs froides, l’empêchant de dormir… Il a du ingurgité un cocktail de Café, Berocca et re-Café pour entamer sa journée du samedi.

Ce vendredi nous avons eu l’occasion de sortir quelques titres qui commencent à dater mais qui prouvent que la course aux nouveautés n’est pas toujours pertinente.

Arnaud. M a apporté l’excellent Five tribes de Bruno Cathala. L’objectif est de collecter un maximum de points en utilisant le principe de « la semaille ». Concrètement le plateau est, en début de partie, rempli de meeples.

A son tour, un joueur va collecter un groupe de pions et les distribuer jusqu’à pouvoir en récupérer dans la case finale à la manière de l’Awalé. Chaque couleur de meeples récupérés va nous permettre de scorer d’une certaine manière ou d’effectuer des actions : les prêtres (blanc) invoquent des djinns , les marchands (vert) collectent des ressources… etc. Il faut être opportuniste et être capable d’analyser au mieux le plateau dans ce jeu ramassé, abordable au niveau des règles mais pas simple.

Un autre groupe n’a pas hésité à se mettre sur la tronche avec Cyclades de Bruno Cathala et Ludovic Maublanc. Ce jeu va être réédité prochainement en 2023 sur Kickstarter, il me semble. Après une phase d’enchère, pour obtenir les faveurs de dieux, les joueurs vont développer leurs civilisations au fur et à mesure. Les Dieux permettent au joueur de faire des actions très spécifiques : Zeus permet de recruter des prêtres, quant à Arès permet de recruter des troupes, de les déplacer et de construire des forteresses, par exemple. Bien sur des affrontements sont présents et se font à coups de dés pondérés par le nombre de troupes déployés. Les alliances se font et se défont comme souvent dans ce type de titre.

Bruno a apporté Terraforming Mars: Expédition Arès de Jacob Fryxelius et Sydney Engelstein. Ce jeu est une version ramassé de son ainé. En quelques mots c’est un jeu de cartes dans lequel vous prenez le contrôle d’une société interplanétaire dont la mission est de rendre Mars habitable (et rentable)

Le jeu se déroule en plusieurs manches. Dans chacune d’entre elles, les joueurs vont devoir choisir l’une des cinq voies possibles qui déterminent les activités qui vont se dérouler durant cette manche. Un peu à la manière de race for the galaxy : chaque joueur va réaliser son action pour la manche et va recevoir un bonus spécial suite aux actions sélectionnées par les autres. On se retrouve avec un titre plus ramassé que le célèbre jeux de plateau qui fait un carton depuis 2 ans.

Cette année, je me suis rendu une demi-journée sur le flip à Partenay avec mes enfants. Encore une fois, j’ai été bluffé par l’inventivité de ce festival (game jam, tournois dans la rue, monnaie particulière, quête à réaliser, expositions…). Rien n’est élitiste, de nombreuses personnes jouent dans les rues de la ville et de nombreux éditeurs et créateurs étaient présents.

Le programme du festival qui a pris cher dans mon sac !

Le premier stand où nous nous sommes rendu est celui de Subverti. Nous avons pu essayer le jeu Biomos qui sortira en fin d’année. L’idée est de construire sa planète en collectant des fragments de paysages (montagne, glace…) pour valider des objectifs communs. C’est un jeu familial, simple qui n’est pas révolutionnaire mais qui a le mérite d’être hyper intuitif avec les fragments qu’on fait glisser sur son plateau personnel.

Après la visite de l’exposition sur les cartes Dixit animées, celle de Cartzlle (j’ai pu découvrir les 2 prochains titres à sortir : un lié à van Gogh et un autre avec un labyrinthe d’un blaireau illustré par Stéphane Escapa) nous avons déambuler dans les rues de la vieille ville.

Ensuite nous avons pu découvrir le prochain titre de l’éditeur Cosmoludo : Yoxii. Cette jeune structure nous propose des jeux abstraits (type mal-aimé par les joueurs) à un prix abordable. Ce dernier titre s’éloigne des précédents inventés par Claude Leroy (lié au déplacement) et Bruno Cathala (qui engendre des contraintes). On a ici un totem à déplacer et à entourer judicieusement pour avoir la majorité. Comme toujours, les règles sont simples mais l’ensemble est profond. Ce titre de Jérémy Partinico sortira fin aout et un suivant par le même auteur est en préparation chez le même éditeur.

L’étape suivante de notre après-midi ludique a fait vibrer mon cœur de figuriniste car la gamme prince august proposait, aux visiteurs, de mouler et de peindre une figurine gratuitement ! Nous avons pu ainsi repartir avec un joli squelette old-school qui me rappelle mes jeunes années de collégien à rêver devant mes figurines.

Pour terminer nous avons pu essayer l’excellent Tokaido duo qui a de son ainé que le nom et les illustrations de Naïade. On est ici dans un jeu réglé au petites oignons par Atoine Bauza. L’objectif est de déplacer ces personnages efficacement à partir d’un choix de dés pour remporter la victoire en premier. C’est donc une course qui a 3 conditions de victoire correspondant aux 3 personnages jouables : l’artiste, le marchand et le pèlerin. Un super jeu qui diffère de Tokaido et qui sortira en fin d’année.

Quelques informations durant les vacances d’été et les futurs évènements de l’association :

  • Vendredi 8 Juillet nous nous donnons rdv à la nuit du jeu de Saint André les vergers.

Samedi 9 Juillet c’est la fête des chartreux de 13h30 à 17h où nous tiendrons un stand pour proposer aux familles des jeux familiaux

Enfin durant tout l’été, à partir de 20 h 30, nous irons dans notre ancienne salle à la médiathèque des chartreux (porte de derrière) pour pouvoir continuer à jouer, même durant les vacances scolaires !

Samedi 2 Juillet a été l’occasion de nous rendre à Paris est ludique. Nous avons passé une excellente journée à déambuler dans le festival. Pas de jeu inoubliable découvert sur le fil mais des parties agréables échangés entre Troyens (notamment quelques membres de l’association art et jeu Sancéen)

Ce festival est toujours l’occasion de croiser des personnalités du monde ludique en dédicace (M Guillaume…) mais aussi de voir des performances d’illustrateur.

Faisons le tour des quelques jeux que nous avons pu tester.

1001 iles chez Ludonautes qui est une reddition du petit prince. Les mécaniques sont simples (récupération de tuiles pour faire des points ou gagner de nouveaux objectifs) mais qu’est ce que ce jeu est taquin ! Un titre a ne pas réserver qu’aux enfants.

Nous avons continué notre exploration ludique avec Block ans Key. Ce jeu de représentation spatiale possède un matériel foisonnant. L’objectif est de sélectionner des polyominos de manière intelligentes et les placer correctement pour marquer ses points objectifs par rapport à son champ de vision.

Ensuite direction le stand d’origames pour se frotter à un roll and write : voyage au centre de la Terre. L’objectif est de tracer un chemin efficace pour aller au centre du globe puis de ressortir en premier en évitant les cases noircies par vos adversaires. Pas sur de bien contrôler l’ensemble de la partie, mais le jeu reste plaisant et bien édité.

Chez Gigamic nous avons pu tester un jeu de tuile : Akropolis qui a tout pour remporter des prix en 2023 : accessibilité de la règle, stratégie simple mais pas simpliste. L’idée est de collecter la bonne tuile pour construire sa ville sur plusieurs hauteurs. Chaque quartier va scorer différemment en fonction de sa couleur (rouge à la périphérie, bleu quand ils sont rapprochés…) Rien de bien révolutionnaire mais ça marche et on se demande pourquoi ce jeu n’avais pas été édité avant. Un jeu dans la gamme de kingdomino un peu plus complexe tout de même.

Enfin, pour terminer la journée, nous nous sommes rendu sur le stand de Libellud pour jouer à Stella. Nous avons été agréablement surpris du renouvellement apporté par rapport à Dixit. On se retrouve avec un jeu très proche mais encore plus accessible car il n’y a pas de phase de conteur qui énonce un mot aux autres joueurs.

Je termine cet article (c’est un bien grand mot) pour remercier Arnaud mais surtout Charles qui m’a transporté là bas.

Je ne remercie pas le Covid qui m’est tombé dessus après ce salon et qui bouscule mes plans de vacances !

Le 18 juin, notre association a participer à la nuit du jeu à la médiathèque de Troyes. L’évènement a vraiment plu à nos membres. Nous avons pu faire tester énormément de titres, plus ou moins récents.

Voici quelques photos de jeux :

Fantastiques fabriques.
Les Ruines de Narak : un deckbuilding assez déroutant car sa main ne se renouvelle pas facilement.
Minuit, meurtres en mer : un vrai jeu d’enquêtes compétitif.
Les aventuriers du rail : un grand classique
Iknow
Périple
Century (version golem) où l’objectif est de construire un moteur de cartes.
Connecto la réédition d’ i magicien où il faut relier des points.
La Cathédrale Rouge, dernier jeu expert de iello dans une boite minuscule par rapport à ce type de jeu
Le collier de la reine