Exégèse rêves de jeux

la petite boite du même format que la première édition des loups garous de Thircelieux

La jeune maison d’édition Gamistoric nous a envoyé généreusement leur jeu : Exégèse rêves de jeux afin que l’association le découvre.

Exégèse  est un jeu de Nicolas Zeutzius et Jean Pierre Hufen. C’est un jeu coopératif où il n’y a pas de vainqueur, ni de perdant mais dont l’objectif est de créer un jeu original… ensemble !

La petite boite est composée d’une cinquantaine de cartes de 2 types, d’un sablier et d’un crayon.

La règle propose de nombreuses variantes mais la mécanique principale est la suivante :

            -Une carte inspiration (contenant des valeurs de dés, des figures de cartes, une illustration centrale…) et une carte esquisse (illustrant une mécanique de jeu) sont placées au centre de la table

Mise en place d’un début de partie

  – Ensuite chaque joueur va proposer ce qu’évoque ces cartes ou la combinaison des 2. 

  – Par la suite, dans une logique de groupe, les joueurs vont tenter de donner une cohérence à l’ensemble en éludant certaines mécaniques ou en précisant certains paramètres.

            – Enfin, après cet échange d’une 10ène de minutes, les joueurs ont la possibilité de tester leur prototype en s’aidant objet dans la pièce où ils se trouvent et en notant leurs réussites !

Donnons la parole à l’un des auteurs de ce jeu : Bonjour Nicolas Zeutzius , Exégèse est un jeu qui flirte entre interprétation d’images et Game design. Peux-tu nous en dire plus ?
Exégèse propose, dans ses règles, une approche ludique et simplifiée de la création du prototype, ce qui fait le jeu c’est autant le fait de créer que d’éprouver ses différentes créations. 
Le jeu propose plusieurs approches, ma préférée est celle qui laisse le hasard décider des cartes et de voir l’émulsion de groupe qui en résulte.
Et après avoir assisté à de nombreuses parties, le fait de choisir la carte esquisse ou de suivre les règles de facilitation de décision par exemple aide à la prise de confiance dans la création de ses propres règles.

Dans les 2 premières phases, les joueurs inventent une règle de jeu puis dans la phase 3 : la mise à l’épreuve, ils vont « jouer » à leur propre création… Comment les quelques cartes d’ Exégèse peut permettre cela ?
Le jeu prévoit la plupart des situations en proposant cartes, dés, lettre, symboles sur les cartes inspiration ce qui permet pour la plupart du temps de palier aux questions matérielles. (Les cartes retournées peuvent faire office de plateau)
Dans tous les cas, il est conseillé d’utiliser aussi son environnement pour agrémenter le matériel, voire s’en inspirer (le tapis, la nappe, les carrelages deviennent plateau de jeu ; les bouchons, feuilles, cailloux des pions… etc)
La durée des parties d’Exégèse varie selon les jeux créés (entre jeu d’ambiance ou de stratégie, ce sont les joueurs qui induiront leur temps de jeu) par contre les règles facilitent la création en moins de 15 min lorsqu’elles sont intégrées.


 Son positionnement en s’inspirant d’illustration est proche d’un Dixit mais est ce qu’ Exégèse s’adresse à  une cible tout public ? N’ayant peu de culture ludique ?
Je l’ai fait jouer à des publics bien plus jeunes qu’indiqué (5-7 ans) mais cela demandait une bonne présence d’animation. J’ai pu aussi le faire jouer dans plusieurs associations avec des publics de tous âges, après tout dépend des joueurs et de leur motivation.
J’ai aussi utilisé le jeu en accompagnement d’ados en difficulté en soutien créatif sur plusieurs séances. On a créé un premier jeu avec exégèse puis les élèves s’en sont emparé et ont fait un proto conséquent.

En quoi Exégèse est-il original ? On pourrait même parler d’un objet ludique non identifié (OLNI) ?   
Ce qui va être déterminant dans la réussite de la partie, c’est souvent comme pour beaucoup de jeux, le groupe de joueurs et sa motivation à jouer. Particulièrement avec Exégèse, où l’on découvre une autre manière d’aborder les règles ce qui, je le conçois, peut dérouter nos habitudes ludiques. 

Lors des différentes parties de jeux (environ 600 à ce jour pour ma part) j’ai pu remarquer quelques constantes : sur 4 jeux, un sera oublié aussi vite qu’il est venu et n’apportera que peu de sourires ; un autre aura apporté une belle tranche de rigolade mais ses règles resteront anecdotiques ; l’un d’entre eux nous aura surpris ; et le dernier mériterait de le pousser pour l’édition

Il nous est arrivé de tenter une partie en étant un peu trop fatigué, on a passé un moment d’anthologie où chacun suivait ses règles dans un jeu de cartes… on s’est rendu compte à la fin que personne ne suivait les mêmes. Mais on avait passé un excellent moment.

Ou encore une création ludique de conquête de territoire par des essences d’arbres, avec un système de saisons, de combat, de renforcement… partie finie avec son test à 5 joueurs en 1h15-1h30 où il ne nous manquait que les graphismes (mais là ça devient vraiment trop long^^)  Et encore tout un tas de souvenirs du morpion à l’aveugle à des jeux à défis définis comme des mini-jeux, une session de jeux debout ou encore du serious game pour entreprise…

Merci de ces précisions Nicolas … 

Les cartes « inspirations » qui nous aident à trouver un thème ou un composant ludique à notre jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*