Paris est ludique 2017

La grande messe du jeu de société avait lieu ce week-end à Paris. L’organisation s’est déroulée sans anicroche (à part l’attente  pour avoir un repas) et tous les acteurs du milieu étaient présents. Ce fut l’occasion, pour moi, de beaucoup déambuler et de discuter avec les responsables d’édition et auteurs. Voici mon ressenti et résumé sur cette édition 2017

Le stand de Monolith, mythic était plein à craquer tout au long de la journée. Batman semble très proche, mécaniquement, de Conan. Le jeu Joan of arc, par contre, impressionne. Les figurines, à petite échelle,  sont réellement fines et détaillées. Peu d’information à vous remonter sur la mécanique, mais le jeu fonctionne grâce à la gestion de cartes.

Ludonaute présentait principalement les legendes de Luma. J’ai pu tester, en avant-première, le second jeu de la gamme : Nomades. Ce jeu, durant 30min, reprend la mécanique de l’awalé. Chaque joueur égraine des tuiles autours d’un feu. Si la couleur du joueur est en haut d’une pile, lors d’un mouvement, alors on prend le jeton correspondant .Le but est de transformer ses tuiles en points de victoire. Ce jeu, de Gary Kim, est épuré et plaisant. Il diffère réellement du jeu de bluff précédent de la gamme : oh capitaine.

Ensuite, je suis resté un moment sur le stand de Runes éditions. J’ai pu tester, acheter et faire dédicacer Blackwood. Ce jeu est un jeu de collecte avec de la pose « d’ouvriers ». Les meeples marionettes vont collecter des ressources dans une forêt enchantée. Ces ingrédients, vont nous permettre de fabriquer des potions pour marquer des points de victoire. L’originalité repose sur la gestion du tempo de la partie. En effet, par tour, seul une colonne de ressources est accessible. En plaçant son meeples en haut de la colonne en devient premier joueur, de plus on peut également placer ses pions pour réaliser des combos ou anticiper pour un tour futur. Les sensations globales sont très plaisantes. Ce jeu est simple mais assez calculatoire. L’ergonomie est, toutefois, peu claire. Je trouve les symboles peu visibles sur les cartes malgré le graphisme original.

 

 

J’ai été impressionné par le dynamisme du jeune éditeur Pixie Games. En exclusivité, j’ai fait la première partie de la boite de pré production de Goodwill. Ce jeu restitue en miniature le monde de la finance. Les joueurs incarnent des actionnaires qui vont investir en achetant des actions dans 3 entreprises. Il faudra anticiper le cout de trois types de matières premières (pétrole…) en remplaçant les patrons à la tête des sociétés. Les joueurs vont connaitre une partie des évènements du tour et vont s’échanger des actions des entreprises en misant sur la cote de celle-ci. Ce jeu est difficilement maitrisable lors d’une première partie notamment quand on se trouve à la table de l’auteur et du responsable des éditions capsicum games. J’ai réellement envie de me relancer dans une partie pour apprendre de mes erreurs.

 

 

Pour terminer, j’ai pu découvrir Jack et le haricot magique, vu le proto d’olivert twist, discuter sur la possible édition de kann le combat, observer le stand de libellud avec Dice Forge… En clair, j’ai vu plein de trucs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*